« Un papillon !... Une orchidée !... » s'écriaient les gens en voyant Loïe sur scène.

Bonjour ! J’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’un film que je trouve inspirant, la danseuse, réalisé par Stéphanie di Giusto. Sorti l’année dernière, le 28 septembre 2016, c’est le premier film de la réalisatrice et la révélation de Lily-Rose Depp.

 

La bande d’annonce

 

Loïe Fuller dit “la danseuse” dans la vraie vie

Loïe Fuller, de son vrai nom Mary Louise Fuller (1862-1928) est une danseuse américaine qui a révolutionné la danse moderne. Elle est connue pour sa danse, utilisant des baguettes de bois pour prolonger ses bras et faire voler des mètres et des mètres de soie. Avant-gardiste, son art a inspiré de nombreux artistes de son temps. Elle était souvent comparée à un papillon volant. C’était une femme passionnée par son art, qui est allée au bout de son art. Elle refusait de se faire filmer, c’est pour cela qu’il n’existe que des captations où l’on voit des imitatrices. Il faut savoir aussi que Loïe a finie complètement aveugle à cause des projecteurs qui lui brûlaient les yeux.

 

 

Le film

Mary Louise passe une partie de son enfance dans le grand ouest américain. Son père a toujours vu l’artiste qui sommeille en elle, mais elle est loin de se douter de sa destinée. Après la mort de son père, elle rejoint sa mère dans un institut religieux et s’essaye à une carrière artistique. C’est justement lors de sa première pièce de théâtre où elle joue une personne sous hypnose, qu’elle réalise en trébuchant des mouvements brusques avec ses bras et fait bouger les voiles qu’elle porte sur elle pour combler le malaise et fait ainsi rire les spectateurs. Le concept est né : Mary Louise est douée pour inventer des effets visuels. Elle commence à créer un spectacle, et décide de s’appeler Loïe à présent. Le public n’est pas réceptif à son art aux États-Unis, elle part donc pour la France. Des obstacles se mettent sur sa route mais Loïe conquit le public et invente de nouvelles danses mettant en scène de nouvelles lumières et autres artifices. Son art pousse son corps à bout, brûle ses yeux (dû contact des projecteurs), l’épuise quotidiennement, mais rien ne l’arrêtera, sauf peut-être la jeune prodige Isadora Duncan, l’une de ses danseuses qui semble être la grâce incarnée…

 

Le casting

Je pense que si j’ai autant accroché avec ce film c’est que tout le casting est juste, présent et investi. C’est la première fois que je vois François Damiens dans ce genre de rôle (il joue une sorte de mécène, de directeur de théâtre) et c’est juste génial. Lily-Rose Depp, fait ses “vrais” premiers pas au cinéma en interprétant Isadora Duncan, une jeune prodige qui ne pense qu’à la gloire. C’est elle et son emprise sur Loïe qui vont précipiter sa chute. Soko est simplement captivante dans le rôle de Loïe. Elle réalise une performance physique incroyable pour recréer les chorégraphies de l’artiste Loïe Fuller. Le film mérite d’être regardé pour elle ! Bien sûr, on n’oubliera pas Mélanie Thierry et Gaspard Ulliel qui jouent toujours bien.

 

Soko dans le rôle de Loïe Fuller

La répartition des rôles

Soko Loïe Fuller
Gaspard Ulliel Louis (mécène drogué)
Mélanie Thierry Gabrielle
Lily-Rose Depp Isadora Duncan
François Damiens Marchand

 

Des prises de liberté

Dans ce film, on retrouve la vie de Loïe Fuller, mais la réalisatrice a pris plusieurs libertés comme effacer la relation homosexuelle entre Gabrielle et Loïe et inventer la relation entre Louis et Loïe. De même pour le début du film consacré à son enfance dans le grand ouest américain qui n’existe pas (son père n’était ni français ni chercheur d’or).

 

Si vous avez un peu de temps devant vous, regardez ce film, vous ne serez pas déçu 🙂

 

21 December 2017
23 December 2017